Home > Cosmologie et relativité générale, une première approche

Cours d’introduction à la cosmologie et à certaines notions de physique moderne (relativité générale, mécanique quantique), au niveau du secondaire II et/ou des premiers années universitaires. Ces ressources pédagogiques sont accessibles à un public avec les moyens conceptuels en physique et mathématiques au niveau secondaire supérieur.

Informations générales
Recherche en didactique
Enseignants
Matériel

Ce cours a été créé à partir d’un projet pédagogique du pôle de recherche SwissMAP (https://nccr-swissmap.ch/), né en 2015 en occasion du centenaire de la relativité générale, avec l’objectif d’introduire les élèves du cycle secondaire aux sujets de la cosmologie et la relativité générale.

Les objectifs principaux du projet sont les suivants :

  • Consolider et élargir les connaissances en physique et en mathématiques des étudiant.e.s par des sujets fascinants et motivants pour eux. Le but n’est pas de remplacer les sujets traditionnellement enseignés dans les cours de physique et mathématiques, mais de les approfondir par leur application et de les compléter.
  • Fournir à un public non expert, mais curieux et passionné par les sciences, une compréhension relativement complète et approfondie des questions liées à la cosmologie et certains aspects de physique moderne. Les ressources pédagogiques existantes sur la relativité générale et la cosmologie sont habituellement soit basiques, adaptées au grand public ou aux élèves de l’école primaire, se focalisant sur les aspects qualitatifs et philosophiques (zéro équations), soit au niveau des « experts » et des élèves de cycle secondaire supérieur.
  • Améliorer les liens entre les le secondaire et le monde de la recherche: les élèves qui étudient la physique jusqu’au XIXème siècle ont souvent de idées biaisées sur les principales enjeux et la démarche de la physique moderne. Une plus grande sensibilisation à la recherche physique contemporaine (et donc aux options disponibles pour les élèves après l’école) peut avoir des répercussions importantes sur les choix d’orientation professionnelle des jeunes. Le but est donc de contribuer à un impact général positif sur l’intérêt pour les sciences dures.